L'Agriculteur Charentais 04 janvier 2018 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Pays Saintonge romane : Faire que deux mondes se rencontrent

D’un côté la démographie des exploitants, de l’autre des porteurs de projets. Point accueil Installation et Point transmission œuvrent.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Olivier Bayou et Arnaud Dubois.
Olivier Bayou et Arnaud Dubois. - © AC

Le constat que dresse Arnaud Dubois, président du Point Accueil Installation, est sans fioriture : «nous avons environ 300 porteurs de projets qui ont poussé la porte du PAI, avec tous types de profils du projet vague au plus abouti. Entre 100 et 150 s’installent dans le département sur tous types d’exploitations. Le potentiel est là : des jeunes diplômés, avec un projet. Mais pas d’exploitations à reprendre…» Le nœud gordien est là. Pour mieux appréhender le «repérage» du devenir des exploitations, Chambre, PAI ont décidé de mener l’étude auprès des exploitations de la Saintonge romane.

Lire la suite dans notre édition papier du 5 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.