L'Agriculteur Charentais 08 septembre 2016 à 08h00 | Par FDC17

Permis de chasser : Pas une simple formalité !

Avant l’ouverture générale du 11 septembre, c’est le moment de penser au permis. Explications.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les sessions d’examen ont lieu tout au long de l’année à Saint Julien de l’Escap.
Les sessions d’examen ont lieu tout au long de l’année à Saint Julien de l’Escap. - © FDC17

Le permis de chasser s’obtient, après une journée de formation dispensée par la Fédération de chasse à St-Julien-de-l’Escap, en passant un examen, sanctionné par des inspecteurs de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage. Le taux de réussite à cet examen est d’environ 70%. Tout candidat ayant échoué devra repasser l’examen en intégralité.
A un enseignement théorique, s’est ajoutée depuis 2002 une partie pratique, notamment axée sur la sécurité puisque la chasse implique le maniement d’armes. Depuis 2014, l’examen se déroule en une seule épreuve mêlant questions théoriques et exercices pratiques. Il faut atteindre un minimum de 25 points sur un total de 31, dont 10 en théorie et 21 en pratique, et avec un exercice de sécurité éliminatoire. L’examen coûte 46 €.

Lire la suite dans notre édition papier du 2 septembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).