L'Agriculteur Charentais 03 avril 2014 à 09h59 | Par Mathilde Vionnet

Perspectives - Atlantic Conseil élevage fait la place à l’après quota

Mardi, c’était le premier jour de la dernière campagne laitière sous le régime des quotas… Thème de la table ronde sur l’avenir des producteurs de l’Ouest dans un contexte libéral.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pour Alain Lebret, la dépendance vis à vis des distributeurs diminuera en allant à l’export.
Pour Alain Lebret, la dépendance vis à vis des distributeurs diminuera en allant à l’export. - © V.A.

L’assemblée générale d’Atlantic conseil élevage, qui se tenait mardi dernier, a fait le plein de participants. Le programme de la table ronde de l’après-midi sur le thème de l’après quotas était au cœur des préoccupations des éleveurs. Autour de Gérard You (Institut de l’Elevage), Marie-Thérèse Bonneau (FNPL), Wilhelm Neu (éleveur laitier en Rhénanie du Nord), Jean-Luc Rabillard (Eurial) et Alain Lebret (Terra Lacta), la table ronde a permis à chacun d’exprimer ses attentes et perspectives pour la filière laitière à un an de la fin des quotas laitiers. Une large part de la discussion a été consacrée aux questions des éleveurs. 

Manque de compétitivité des outils industriels
Le témoignage de Wilhelm Neu n’a laissé personne indifférent. Les comparaisons entre son système de production allemand et ceux de l’Ouest sont courantes et la projection est facile. En Allemagne, la fin des quotas laitiers est attendue avec impatience par les producteurs et les transformateurs. Toute la filière est fixée sur le même cap et poursuit les mêmes objectifs : produire tout le lait que demandent les producteurs et aller chercher de la valeur sur les marchés exports.

Lire la suite dans notre édition du 4 avril

Mutualisation à l’Ouest

Atlantic conseil élevage 17-85 compte développer dès cette année des partenariats avec 4 autres entreprises de conseil élevage du grand ouest dont certains sont aussi organisme de conseil pour les bovins viande. Il s’agit d’EILYPS (conseil élevage d’Ile et Vilaine), d’élevage conseil Anjou (44 et 49), de Littoral normand (conseil élevage de la Manche, du Calvados et de la Haute Normandie et conseil élevage 53-72. Ces  5 entreprises de conseil élevage proposent d’ores et déjà des produits et du matériel d’élevage. «Regardons ce que nous avons de bien dans nos organisme pour être encore plus pointus et performants »  argumentent les responsables des 5 entités.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 19 %
Une troisième année de hausse des surfaces se profile pour le sorgho en 2018-19 dans l’Hexagone, indique Semences de Provence (Arterris). Quelque 60 000 ha (+8 % par rapport à la moyenne quinquennale) ont été cultivés en 2018. Des régions moins traditionnelles portent la dynamique : Nouvelle-Aquitaine à 14 976 ha (+19 % sur 5 ans), Centre-Val de Loire à 9 700 ha (+46 %), Pays de la Loire à 3 555 ha (+49 %).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui