L'Agriculteur Charentais 28 avril 2016 à 08h00 | Par Bernard Aumailley-Estelle Reygner

Phare : Lifting d’un totem en pleine mer

Il trône sur l’embouchure à 36 kms des côtes. Depuis 1611. Mais le lifting était nécessaire pour ce monument « charentais-maritime » en territoire girondin.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Estelle Reygner

Situé à l’embouchure de l’estuaire de la Gironde, en plein parc naturel marin, le phare de Cordouan guide les navigateurs depuis 1611. Classé monument historique en 1862, le phare est actuellement en travaux. Des travaux de restauration des pierres extérieures qui s’intègrent dans un vaste chantier dont le but est d’inscrire le monument au patrimoine mondial de l’Unesco. Prouesse architecturale, le plus ancien de France, classée monument historique depuis 1862, c’est l’unique phare en mer en activité où quatre gardiens du SMIDDEST se relaient. C’est 301 marches jusqu’à la lanterne, du marbre dans l’appartement du Roi, des vitraux dans la chapelle. Mais le sel est son pire ennemi avec les vagues, surtout sur la face Ouest.

Lire le reportage complet dans notre édition papier du 22 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).