L'Agriculteur Charentais 18 juillet 2013 à 10h44 | Par Emilie Dutartre - Laurence Drouet

PHYTO - La nouvelle réforme impose la certification des personnes et de l’entreprise

À partir du 1er octobre 2013, les entreprises réalisant des applications de produits phyto en prestation de services devront être certifiées pour obtenir ou maintenir leur agrément.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Détenir le Certiphyto sera obligatoire à partir du 1er octobre 2013 pour les entrepreneurs du paysage, de travaux agricoles et forestiers et à partir du 1er octobre 2014 pour les chefs d’exploitation agricole.
Détenir le Certiphyto sera obligatoire à partir du 1er octobre 2013 pour les entrepreneurs du paysage, de travaux agricoles et forestiers et à partir du 1er octobre 2014 pour les chefs d’exploitation agricole. - © T. Guillemot

Cette certification est la continuité de l’agrément des entreprises de prestation de services en application (dit agrément DAPA) instauré depuis la loi sur l’eau de 1992. Sont concernées les entreprises de travaux réalisant des prestations d’application de produits phytosanitaires (quelque soit la zone : agricole, non agricole); les exploitants en diversification; les entreprises de travaux réalisant des prestations d’application de produits phytosanitaires lors des semis (maïs, tournesol, etc) (remplissage d’un réservoir phyto sur le semoir, le produit étant appliqué lors du semis); les trieurs à façon, tri et traitement de semences de ferme; les Cuma exerçant une activité d’application pour des tiers ou des non adhérents aux matériels liés à cette activité dont les statuts le stipulent; les paysagistes, prestataires de services pour le traitement des bâtiments et silos, etc. Cette certification est nécessaire pour l’application plein champs, les semis avec incorporation de produits phyto, l’enrobage de semences traitées et autres produits anti limaces.

Lire la suite dans notre édition du 19 juillet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui