L'Agriculteur Charentais 26 mai 2016 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Pineau des Charentes : La production et des hectares au diapason des perspectives de ventes

Produire davantage : c’est fait. Produire mieux, aussi. Reste à trouver de nouveaux consommateurs tout en montant en gamme et en innovant.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Philippe Guérin, président du syndicat des producteurs.
Philippe Guérin, président du syndicat des producteurs. - © AC

En passant la barre des 100 000 hl produits en pineau, une autre problématique se fait jour pour les producteurs : investir d’autres marchés pour accroître les ventes. La récente assemblée générale des producteurs, à Cognac, a développé la thématique en dévoilant les leviers espérés : la Belgique néerlandophone, le Canada francophone, des études sur la Chine et les Etats-Unis. Mais, avant tout, elle constate un regain certain d’intérêt des producteurs pour la production que les hectares plantés récemment confirment. Pour «booster» encore la production, on planche sur un toilettage du cahier de l’appellation pour introduire le Chauché et une nouvelle notion de «rendement produit.» En passant on s’alerte sur les conséquences «préjudiciables» que pourraient avoir des transferts d’autorisations de plantation non maîtrisés.

Lire la suite dans notre édition papier du 20 mai

Légère baisse des ventes

De l’autre côté, sur l’année civile 2015, les ventes de pineau se sont élevées à  84 680  hl (87 954  hl en 2014), soit – 3,7 %. Sur l’année mobile, les chiffres sont sensiblement égaux : 84 585 hl à fin avril (-2%). C’est moins que l’an dernier à même époque. Mais la campagne est loin d’être finie. On note cependant une baisse de presque  5% des quantités vendues à la consommation depuis le début de la campagne. Dans le même temps, on constate un achat à la production plus important que l’an dernier au mois d’avril (+31,2 %) : régression des achats aux coopératives et explosion des achats aux bouilleurs de crus en avril 2016. Globalement, les achats de pineau aux producteurs (-1,5% depuis le début de la campagne) ont  chuté auprès des coopératives (-13,1 %) et augmenté auprès des bouilleurs de crus (4,3%).
Dans les ventes, le hit-parade est inchangé : France (46 476 hl depuis le début de la campagne, - 3,7 %), Belgique (12 035 hl, -10,2 %), Canada (1 404 hl, -3,6 hl), Allemagne (230 hl, -5,5 %). Alors que sur l’un des deux marchés « convoités », les Etats-Unis, les 203 hl ont fait faire un bond de presque un quart des ventes supplémentaires de pineaux dans ce pays-là depuis le début de la campagne. C’est plus déjà plus que 2015 (222 hl où la progression avait été de 6,1%).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
- 10 %
Malgré une superficie de culture de pommes de terre en hausse de 5 000 hectares en France cette année, la production a reculé de 9,6%, à 5,85 millions de tonnes, contre 6, 47 millions l’an dernier La production a fortement baissé en Picardie (-10,6%), dans le Nord Pas de Calais (-11,6%), en Alsace (-19,9%) et surtout en Haute Normandie (-25,9%). Ces chiffres concernent la pomme de terre dite de conservation, c’est-et pomme de terre industrielle.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui