L'Agriculteur Charentais 16 avril 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Pineau : Placer l’apéritif dans une montée en gamme

Le syndicat des producteurs veut tirer le marché vers d’autres consommateurs. Facile à dire, difficile à réaliser.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Philippe Guérin, le président du syndicat des producteurs de pineau, n’y va pas par quatre chemins. Si le pineau veut gagner de nouvelles parts de marchés, il faut d’abord que les producteurs… produisent. Chiffres à l’appui, 1331 ha aujourd’hui, une «récolte presque normale», 95 620 hl produits, 86 901 hl de sorties, il démontre que la dynamique d’un marché ne peut venir aussi que des disponibilités dont dispose la filière pineau. Et le plan de replantations, prévu initialement pour quatre ans, réalisé en trois, a vu se planter près de 300 ha. Un bon point qui prouve une «volonté» de ces mêmes producteurs et «notamment des jeunes.» Coincé entre économie du cognac et atonie des marchés des apéritifs, le pineau cherche la voie étroite pour s’immiscer dans les apéritifs. Sans bazarder l’histoire (légendaire) de l’apéritif charentais, la nouvelle campagne de publicité se tourne vers d’autres consommateurs. Finis les spots radios, finis les évocations estivales, on fait «class», cible le Figaro, les Echos et autres revues de Yachting, Beaux-Arts, etc. «Si nous voulons être mieux reconnus, il nous fait monter en gamme, dont aussi vendre plus cher» martèle le président du Comité national du Pineau, Patrice Raguenaud.
Lire la suite dans notre édition du 17 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui