L'Agriculteur Charentais 15 mars 2018 à 14h00 | Par Fabienne Lebon

Pineau : Rendement pour trois ans

Le syndicat des producteurs de pineau propose une vision à trois ans du rendement annuel.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
A droite, Philippe Guérin, le président du syndicat aux côtés de la directrice, Emilie Billotte. Celle-ci est revenue sur le programme de plantations accordé par FranceAgriMer : 2016 hectares, dont 1 pour le pineau !
A droite, Philippe Guérin, le président du syndicat aux côtés de la directrice, Emilie Billotte. Celle-ci est revenue sur le programme de plantations accordé par FranceAgriMer : 2016 hectares, dont 1 pour le pineau ! - © VC

L’année dernière, la formule du rendement pineau, réduite à l’équation de 60 hl/ha «libres» + 12 hl/ha de mise en réserve avait fait tousser des producteurs présents lors de l’assemblée générale. Cette année, la pilule de ce même rendement semble plus facile à faire passer, si l’on en croit le peu de réaction qu’elle a suscité lors la réunion de secteur qui s’est tenue lundi dernier à Lignières-Sonneville. Il est vrai que seule une vingtaine de producteurs ont répondu présents à cette rencontre, suivie d’une deuxième le lendemain à Gémozac. Reste qu’il faudra attendre le 17 mai, jour de l’assemblée générale à Saintes, pour vérifier ce «retour au calme».

Lire la suite dans notre édition papier du 16 mars

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 6 %
La hausse de production chez les grands exportateurs mondiaux et l’explosion de la demande asiatique ont boosté les échanges mondiaux de viande bovine en 2017. Ceux-ci ont progressé de 6%, après un passage à vide en 2015 et 2016 dû alors à la réduction de l’offre au Brésil et en Océanie et aux difficultés indiennes à l’export.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui