L'Agriculteur Charentais 12 avril 2018 à 10h00 | Par Bernard Aumailley

Pluviométrie : Y-a-t-il trop d’eau dans les marais charentais ?

L’eau tombe, ruisselle, percole, fuit et cours dans les canaux et fossés.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

A regarder les millimètres de précipitations tombés ces mois derniers, nul doute qu’ils ont une incidence sur le milieu. Force est de constater que l’eau emplit fossés, canaux et champs. Certains exploitants tardent à implanter leurs cultures faute de pouvoir entrer dans les parcelles au risque d’embourber tracteurs et semoirs, de voir patauger le cheptel. Mais il est un lieu particulier où la pluviométrie a une acuité particulière  : ce sont les marais. Que l’eau y soit présente n’est pas une nouveauté avec son corollaire: le niveau. Résurgence de vieux débats que les associations syndicales de marais, depuis plusieurs décennies, savent instaurer, installer dans la discussion au marché, en bord de champ ou en réunions agricoles. Interrogés par nos soins, alerté que nous le fûmes par Yvette Thomas sur le sort du marais de Saint Augustin empêché d’entreprendre en cette période, tous les maraîchins, exploitants agricoles ou pas, en conviennent : c’est du domaine de la concertation, du «doigt mouillé» et de la bonne entente entre les acteurs de ces milieux.

Lire la suite dans notre édition papier du 13 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
+ 6 %
La hausse de production chez les grands exportateurs mondiaux et l’explosion de la demande asiatique ont boosté les échanges mondiaux de viande bovine en 2017. Ceux-ci ont progressé de 6%, après un passage à vide en 2015 et 2016 dû alors à la réduction de l’offre au Brésil et en Océanie et aux difficultés indiennes à l’export.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui