L'Agriculteur Charentais 24 novembre 2016 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Politique environnementale : Dis-moi ce que tu veux faire de ces territoires ?

Certains en parlent. Grâce à une taxe, ou des taxes, le Départe-ment a acquis et doit gérer des multiples espaces dits «sensibles.» Interrogations sur leur devenir.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Cette compétence date de… 40 ans. Qu’un Département achète, préempte des micros territoires à des fins de sauvegarde n’est donc pas une réelle nouveauté. Acheter est une chose, gérer en est une autre. Le bouillonnant vice-président du Conseil départemental Lionel Quillet, déjà M. Digues et M. Finances, a aussi l’attribution des politiques environnementales. Et il compte utiliser les leviers qui sont les siens pour «dynamiser» les espaces achetés grâce à une taxe, assise sur les permis de construire. «Je suis d’accord pour avoir une politique volontariste dans l’achat, mais je pose la question de l’après : qui en veut ? qui gère ? qu’y fera-t-on ?» Loin d’être anodines ces questions, il les pose à son administration départementale au sein des missions agriculture-espace rural et mission eau. La première étape, celle de l’achat à l’amiable ou en usant du droit de préemption, est une mécanique huilée depuis le temps. «1974, pour les périmètres sensibles !» 1977 pour la taxe, 99 pour l’écotaxe dans l’île de Ré, 2002 pour une application à tout le département de la TDENS remplacée par la taxe d’aménagement. Alors avant que ne s’achève la rédaction d’un schéma département des espaces sensibles, Lionel Quillet donne les objectifs» qu’il assigne lui à une politique verte du Département.

Lire la suite dans notre édition papier du 18 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.