L'Agriculteur Charentais 31 octobre 2013 à 08h00 | Par Elisabeth Hersand

Porcs - Prix, charges : des conditions qui s’améliorent

Après des années de crise, la filière porcine Picto-charentaise semble dans une période plus favorable et des cours à la hausse.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © VR

En 2012, la filière porcine du Poitou-Charentes, et les 377 éleveurs qu’elle compte, a produit 714 992 porcs. Un chiffre en très légère augmentation chaque année depuis 2007, et qui a franchi la barre des 700 000 en 2011. Dans le détail, la part contrôlée par Uniporc affiche, elle, une baisse significative, puisqu’elle a diminué de près de 8 % depuis 2007. Près de 70 % des éleveurs de porcs dans la région sont adhérents d’un groupement de producteurs. Ces mêmes éleveurs détiennent 86 % des truies, 90 % des places d’engraissement et 93 % des places post-sevrage. A l’échelon national, la production porcine a baissé de 2,1 % en 2012. La production européenne est elle aussi en baisse : -1,1 %. Au 1er septembre 2013, le nombre d’abattages en France était en recul de 2,7 %, par rapport au 1er septembre 2012. Sur le seul mois d’août, la baisse est de 68 %. Au final, l’établissement national des produits de l’agriculture prévoit une baisse de 2,2 % pour l’année.Malgré tout, les opérateurs européens maintiennent leurs exportations, malgré une baisse sur le marché mondial. Un maintien que l’on doit notamment au prix compétitif des viandes européennes.Quant aux prix, les marchés et la baisse de production sont actuellement favorables aux éleveurs. En 2012, les prix ont progressé en France de 10,2 % par rapport à 2011, pour atteindre 1,61 €/kg. Des prix qui restent tout de même inférieurs à la moyenne européenne, qui est de 1,71 €/kg. Depuis le début de l’année, plusieurs baisses et hausses se sont succédées : baisse en avril et mai, hausse en juin et août (près de 10 %). Dans le même temps, les cours du blé et de l’orge ont baissé, pour retrouver, en août leur niveau de 2012.

Lire le dossier complet dans notre édition du 1er novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui