L'Agriculteur Charentais 06 novembre 2014 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Porcs : Une conjoncture qui se dégrade, mais des perspectives qui persistent

Alors que l’élevage Français vit des moments difficiles, la filière porcine n’est pas vraiment épargnée.En région, la filière assure pouvoir rester optimiste.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Comme les autres filières animales locales et nationales, le cheptel porcin Picto-Charentais est à la baisse. Selon les statistiques abattoirs épluchées par l’Association régionale porcine Poitou-Charentes, la production régionale sur l’année 2013 est de 691 150 porcs, soit une baisse de 3,3 %. La part de la production abattue sur la zone UNIPORC diminue régulièrement (-7,7 % , avec 546 136 porcs en 2013), au bénéfice des zones INPAQ, MIDIPORC et IPAL Auvergne-Limousin, dont l’activité progresse de 17,8 %, avec 145 015 porcs abattus. Sur la totalité de la zone UNIPOC (Grand Ouest et Nord), la diminution de l’activité se poursuit, avec en 2013 une diminution de 2,6 %. Le Poitou-Charentes représente 2,5 % de la production de la zone UNIPORC et 7,2 % des abattages. À noter que cette baisse suit deux années successives de hausse. Au final, la production 2013 est donc globalement équivalente à celle de 2010. Une production réalisée par les 381 éleveurs du Poitou-Charentes, dont 247 adhérent à des groupements d’employeurs (et détiennent 81 % des truies et 86 % des places d’engraissement).

Lire la suite du dossier dans notre édition du 7 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui