L'Agriculteur Charentais 01 février 2018 à 01h00 | Par Bernard Aumailley

Port Atlantique imagine des aménagements pour préparer son futur

Le port rochelais envisage de construire et d’aménager. But : augmenter le trafic sur de nouveaux produits.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les projets de Port Atlantique pour augmenter les trafics futurs.
Les projets de Port Atlantique pour augmenter les trafics futurs. - © AC

«D’ici 2025, Port Atlantique La Rochelle souhaite réaliser une série d’aménagements.» On était habitué à la variation des chiffres, à des nouveaux produits embarqués ou débarqués. Habitué à dire que ce sixième port français était le second français pour les céréales, le premier en produits forestiers, le second européen en pâte à papier. Alors avec 9,6 Mt en 2016 (voir notre édition du 19 janvier), Port Atlantique veut atteindre les 12 Mt. Comment ? Pas ou très peu d’espace en arrière du port, la ville s’est blottie là. Alors il gagne depuis des années sur la mer, comble des vastes espaces en créant des quais ; C’était le cas sur l’Anse Saint Marc. Et aujourd’hui, ou plutôt à l’horizon 7 ans, Port Atlantique entend étendre ses 310 ha (275 ha terrestres, 70 000 m2 de stockages couverts) pour accueillir, en été en mesure d’accueillir de nouveaux trafics : conteneurs, éoliennes, pâtes à papier, colis lourds.

Lire la suite dans notre édition papier du 2 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui