L'Agriculteur Charentais 30 avril 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Port de La Pallice : Gagner sur la mer

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Pour étendre sa surface, le port Atlantique de La Rochelle n’a pas d’autre solution que de gagner du terrain… sur mer. Déjà depuis quelques années, entre le môle d’escale et le pied continental du pont de l’île de Ré, des terrains plein (10 ha) avaient été créés à la Repentie. Ces terrains feront l’objet d’un appel offre dans quelques semaines pour trouver des gestionnaires. Mais pour qu’ils soient totalement opérationnels, il faut qu’ils soient accessibles par la mer. On avait opéré un «roctage» dans l’aplomb de la mer et les importants navires pourraient accoster. C’est ce que l’on nomme au Port Atlantique, la «plate-forme industrielle portuaire à haute valeur ajoutée» où se chargeront de nouveaux trafics, selon les mots de son directeur général Michel Puyrazat. Pour cela, il faut un quai que le port Atlantique s’emploie à réaliser. Le principe est simple (sur le papier) : enfoncer des pieux (300) jusqu’à 26 m de profondeur dans la roche calcaire. Des pieux fabriqués en Turquie, qui servent à la fois de forêts et de pieux. Les chapoter d’un chapiteau de béton et poser sur cette trame une dalle de béton.

Lire la suite dans notre édition du 1er mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui