L'Agriculteur Charentais 14 décembre 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Portrait : Le laitier zen qui aimait sa tournée, les éleveurs et les vaches

Tous les jours de la semaine, ils collectent dans les élevages le lait pour Terra Lacta. Portrait en impressions d’un chauffeur.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Richard Pollet, collecteur de lait chez Terra Lacta
Richard Pollet, collecteur de lait chez Terra Lacta - © AC

Son univers : sa cabine de camion. Ou plutôt ses univers : son bateau dans le port des Minimes où il vit ; ses arrières salles de traite où il collecte pour Terra Lacta le lait dans une trentaine d’exploitations; les petites voies et routes qui mènent à ces exploitations ; les manœuvres pour se garer le plus près possible ; les champs qu’il découvre au gré des saisons. Sans radio, avec pour compagnon de route, le son de la nature et le ronronnement parfait de son camion. Surgères. 14 h. La tournée est archiconnue, comme la manière de reculer dans la cour, celle de brancher les tuyaux, les gestes à faire, les exploitants «les sociétaires», «les filles» ces vaches «ses collègues de travail» que Richard Pollet salue en arrivant.

Lire la suite dans notre édition du 15 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui