L'Agriculteur Charentais 10 décembre 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Positionnement : Lorsque l’agriculture change, les Safer doivent jouer leur rôle de régulateur

L’agriculture change et ses structures d’exploitation avec. Les SAFER, à la fois arbitre et aménageur, veulent comprendre les nouvelles tendances.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Luc Guyau, Gaëlle Régnard (crédit agricole) et Guy Schumacher.
Luc Guyau, Gaëlle Régnard (crédit agricole) et Guy Schumacher. - © AC

Qu’est-ce que la compétitivité d’une exploitation agricole ? Quelle dose de régulation doit apporter pour ne pas l’obérer ? Faut-il coller aux tendances des nouvelles typologies des exploitations agricoles françaises, les comparer au niveau européen ? Dans la nouvelle carte des Régions, comment accompagner la mutation des SAFER ? Autant de questions, et quelques réponses, que s’est posé le congrès des SAFER, à la Rochelle, les 3 et 4 décembre. Emmanuel Hyet, président de la FNSafer, ne veut pas réduire la compétitivité à un modèle d’exploitation, mais parle d’exploitations plurielles, avec des approches familiales, des chemins empruntés différents.

Lire la suite dans notre édition papier du 11 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.