L'Agriculteur Charentais 16 novembre 2017 à 08h00 | Par Bruno Osson

Prairies : Bien connaître chacune des espèces fourragères : la fétuque des prés

Elle voisinne le ray-grass anglais et a des avantages non négligeables dans les prairies temporaires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La fétuque des prés est donc particulièrement intéressante en mélange.
La fétuque des prés est donc particulièrement intéressante en mélange. - © gnis

Lorsqu’on évoque les graminées fourragères, on se limite parfois à quelques grandes espèces qui dominent dans le paysage de la prairie temporaire comme les ray-grass (anglais, d’Italie et hybride), le dactyle et la fétuque élevée. Il est important de rappeler qu’il existe d’autres espèces un peu moins connues et moins utilisées alors qu’elles présentent souvent un grand intérêt pour des usages spécifiques et des conditions pédoclimatiques particulières.

Adaptée aux prairies humides
Il convient tout d’abord de ne jamais utiliser le nom fétuque seul, mais de préciser fétuque élevée ou fétuque des prés qui sont deux plantes très différentes.

Lire les conseils du GNIS dans notre édition papier du 17 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).