L'Agriculteur Charentais 27 avril 2017 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Précisions : Le vrai prix du lait

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Dans notre précédente édition nous avons publié, en page 2, le chiffre de la semaine : 352€/1000 l pour le prix payé aux producteurs en moyenne en France. Certains de nos lecteurs, Charentais-Maritimes, ont réagi face à cette annonce. S’il s’agit d’un prix français en janvier dernier, nous sommes en mesure d’apporter des précisions régionales. Selon Agreste, en janvier dernier il a été livré par les producteurs du département 9,6 Ml
(-11,8 %) soit un dixième des livraisons régionales de la Nouvelle Aquitaine. Livraisons en recul de 12 % en janvier, - 6% en année glissante. Mais selon Agreste, le prix moyen s’établit à 342€/1000 l en janvier sur l’ensemble de la région rejoignant ainsi la moyenne triennale 2014-15-2016 d’un mois de janvier. Naturellement, difficilement comparable avec la paie de lait payée effectivement aux producteurs du département et par les opérateurs-coopératives, dans la mesure où certaines majorations ou raréfactions viennent en supplément ou en déduction de ce prix moyen. Selon nos informations, c'est plutôt du 310-315 €/1000 L en début d'année, et cela baisse avec le printemps. En regardant les feuilles de paie, que nous avons pu nous procurer, le prix serait dans ces eaux-là et la moyenne de la laiterie Charentes-Lait à 312€.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui