L'Agriculteur Charentais 02 août 2018 à 11h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Premier bilan des récoltes pour la campagne 2018

Des rendements en berne, mais une qualité en progression ; voilà ce qui ressort des premières études de la production céréalière hexagonale pour la moisson d’été. Mais les disparités sont fortes selon les cultures et les régions.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Jean-Charles Gutner

La récolte de céréales 2018 s’annonce hétérogène géographiquement, en recul en termes de volume mais de bonne qualité, selon l’Association générale des producteurs de blé (AGBP). Malgré la hausse des prix des céréales, l’organisation est inquiète et se sent abandonnée par les pouvoirs publics. «2018 est un petit cru», résume Philippe Pinta, le président de l’AGPB.
Les producteurs sont déçus par la quantité, inférieure à celle que le mois de juin laissait espérer. Selon l’insitut Arvalis, 35 millions de tonnes de blé tendre devraient être récoltées en 2018, contre 36,6 en 2017. La récolte de blé dur devrait pour sa part être de 15 à 20 % inférieure en volume et très hétérogène sur le territoire.

Lire la suite dans notre édition du 03/08/2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).