L'Agriculteur Charentais 05 juin 2014 à 10h46 | Par Laurence Guilemin

Prévention - Améliorer la manipulation et la contention des bovins

Le groupe d’agricultrices «Elles, Agri d’Aunis» a organisé une formation sur la manipulation des bovins, chez Muriel Penon, à Virson.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
«Allons doucement, on est pressés».Une phrase a médité lors de la manipulation des bovins, selon Marc Dutrut.
«Allons doucement, on est pressés».Une phrase a médité lors de la manipulation des bovins, selon Marc Dutrut. - © AC

«C’est dans le cadre d’un projet de sensibilisation sur le document unique d’évaluation des risques professionnels que le groupe «Elles, Agri d’Aunis» a organisé une formation sur la thématique «améliorer la manipulation et la contention des bovins pour mieux maîtriser les risques professionnels» a expliqué Carine Piot, conseillère en développement agricole et rurale à la MSA des Charentes.  «Voir le comportement animal, c’est déjà une évaluation des risques» a souligné Gérald Fouga, conseiller prévention à la MSA des Charentes. La journée du 13 mai, s’est déroulée sur l’exploitation de Muriel et Vincent Penon, à Virson avec Marc Dudrut, technicien à la Chambre d’agriculture de la Creuse, spécialisé en race limousine et sur le comportement des bovins. La formation s’est organisée en deux temps : le matin théorie et l’après-midi, place la pratique. Pour certains participants et participantes, revoir quelques notions étaient de bon augure. Pour d’autres, il s’agissait aussi de surmonter un accident ou une peur, survenu au cours d’une manipulation.

Lire la suite dans notre édition du 6 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui