L'Agriculteur Charentais 16 mai 2013 à 14h00 | Par Jean Christophe Detaille

Prévisions de semis - Une sole céréalière et oléagineuse plus habituelle en 2013

Les surfaces en céréales avoisineraient la moyenne des cinq dernières années, d’après Agreste. Celles en colza marqueraient un retrait, en lien avec le climat.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La sole colza perdrait 128 000 ha.Le Poitou-Charentes, la Lorraine et le Centre comptent pour 90 % de cette baisse.
La sole colza perdrait 128 000 ha.Le Poitou-Charentes, la Lorraine et le Centre comptent pour 90 % de cette baisse. - © A-C

Les estimations de semis par Agreste au 1er mai montrent que la surface céréalière et oléagineuse retrouverait une «composition plus habituelle», après une année 2012 atypique marquée par le gel. «En 2013 toutefois, l’hiver et le printemps pluvieux ont pénalisé les cultures d’hiver dans la moitié Nord de la France, jusqu’à parfois entraîner des retournements de parcelles», selon une note diffusée le 6 mai par le ministère de l’Agriculture.Avec 9,4 M d’hectares, les céréales avoisineraient la moyenne des cinq dernières années. Les surfaces en blé tendre grimperaient à près de 5 M ha (+117 000 ha). Elles retrouveraient un niveau moyen dans les régions affectées par le gel en 2012, mais reculeraient en Pays de la Loire, Poitou-Charentes et dans le Centre. Celles en orge tomberaient à 1,6 M ha, avec une répartition entre variétés d’hiver et de printemps (respectivement 70 % et 30 %) proche de la moyenne quinquennale, les premières gagnant 121 000 ha, essentiellement en Lorraine, Bourgogne, et Champagne-Ardenne. Trois régions touchées par le gel en 2012 qui verraient leur sole d’orge de printemps perdre 210 000 ha cette année. Réduits à 400 000 ha, les emblavements de blé dur se situeraient 10 % en dessous de la moyenne quinquennale, pénalisés par un contexte de prix défavorable. La baisse se concentrerait dans les principales régions productrices : Midi-Pyrénées, Centre, ainsi qu’en Poitou-Charentes.

Maïs et tournesol au dessus de la moyenne
La sole de colza, estimée à 1,5 M ha, perdrait 128 000 ha, en lien avec des conditions météorologiques humides et froides. Poitou-Charentes, Lorraine et Centre comptent pour 90 % de cette baisse, qui les situent en deçà de la moyenne quinquennale (respectivement : -36 %, -31 %, -4 %). À l’inverse, les surfaces de maïs et tournesol seraient plus élevées que la moyenne, favorisées par les remplacements. En maïs grain (y compris semences), elles seraient stables par rapport à 2012, à 1,7 M ha. La perte de 40 000 ha en Alsace, Lorraine et Pays de la Loire, serait compensée par une hausse équivalente en Poitou-Charentes, Midi-Pyrénées et Centre. Les emblavements de maïs fourrage progresseraient de 5 %. Ils s’étendraient de 62 000 ha en Pays de la Loire, favorisés par des remplacements à la suite de l’excès d’eau sur les cultures d’hiver, ainsi que de 10 000 ha en Poitou-Charentes. En tournesol, la sole à 730 000 ha se rapprocherait du point haut de 2011. Les emblavements en pois protéagineux se stabiliseraient à 130 000 ha, après deux années de repli. Ils seraient proches du niveau antérieur à l’instauration des aides spécifiques en 2010, qui avait conduit à un net accroissement de la sole. Un léger recul est prévu en betteraves industrielles, à 385 000 ha. La sole de pommes de terre de conservation et demi-saison serait proche de son niveau moyen des cinq dernières années.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui