L'Agriculteur Charentais 09 février 2017 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Prix du lait : Dialogue de sourds avec les laiteries

Abonnez-vous Réagir Imprimer

«On ne peut pas passer une autre année avec des résultats négatifs», prévient Alix Joubert, membre de la section laitière de la Fnsea 79, à l’issue d’une rencontre avec Jean-Luc Rabillard, Alain Lebret et Patrick Rouleau, respectivement présidents d’Eurial, Terra Lacta et Cls, mardi 24 janvier, à la Chambre d’agriculture deux-sévrienne. Pour les quinze délégués du bassin laitier de Charentes-Poitou, c’est «la déception», y compris parce que les laiteries Pamplie et Lactalis n’étaient pas représentées. «Nous avons même des difficultés à faire admettre que notre prix de revient est de 35 c. Ce n’est pas tout à fait étonnant quand on nous annonce 31 c ou 32 c», analyse Alix Joubert. «Pourtant ils ne se rendent pas compte qu’ils mettent l’élevage à mal. Face à ce blocage, les éleveurs n’excluent pas en cette période de négociation des prix avec les grandes surfaces, de reprendre les actions, comme à la fin de l’été dernier.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.