L'Agriculteur Charentais 25 avril 2013 à 11h49 | Par Hervé Plagnol

Prix du lait - Jean Marc Ayrault annonce les bases d’un accord

Un accord sur l’évolution du prix du lait en vue, entre les trois maillons de la filière laitière : distributeurs, industriels et éleveurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Rien moins que le Premier ministre ! C’est bel et bien Jean-Marc Ayrault qui s’est directement impliqué dans la préparation d’un accord permettant aux producteurs de lait de surmonter la forte hausse des prix de leurs charges d’aliments du bétail. Le 18 avril au soir, Matignon annonçait que, «compte tenu de la hausse des charges pour les producteurs et de l’évolution du prix du lait sur les différents marchés en France et dans le monde, le médiateur, à travers les discussions menées avec les acteurs de la filière, considère qu’il est possible et souhaitable de revaloriser d’au moins 25 euros les mille litres le prix du lait payé aux producteurs pour les mois d’avril, mai et juin sur l’ensemble des laits produits en France.»Sur cette base, la plupart des opérateurs semblaient près de signer dans les jours à venir. Le travail du médiateur n’a pas abouti à cette perspective sans difficulté. Dans la matinée du 18 avril, la revalorisation envisagée était encore de 30 euros les mille litres. Pour arracher les derniers accords, et ne pas exagérément tabler sur un marché porteur, il fallut descendre à «au moins 25 euros». À ce prix, Lactalis disait OK, dans la foulée d’autres grands industriels comme Danone. Les distributeurs rassemblés au sein de la FCD semblaient se rallier à la formule, dans la foulée, eux aussi, de distributeurs de réseau comme Système U et Leclerc. Les coopératives laitières, jusqu’au dernier moment, demandaient qu’une part de la hausse revienne à leur structure compte tenu de l’absence de revalorisation, pour certains produits comme le lait de consommation, depuis au moins deux ans. Mais on leur faisait comprendre qu’ils seraient les principaux bénéficiaires de la flambée actuelle des prix des produits laitiers mondiaux (beurre, poudre). L’adhésion des producteurs de lait à l’accord prévu avait aussi de quoi peser sur les coopératives. «Je ne pourrais pas comprendre que les coopératives n’adhèrent pas à cette revalorisation», affirme Thierry Roquefeuil, président de la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait). Pour lui, la preuve est faite que le marché peut absorber cette hausse d’au moins 2,5 centimes le litre payé à l’éleveur. (lire la suite dans notre édition du 26 avril)

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
13 837
C’est le nombre de lapins détruits  par les ACCA et les lieutenants de louveterie en mars, sur la saison 2014 2015 en Charente Maritime. Les chasseurs en période de chasse font l’effort principal avec 11 294 prélèvements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui