L'Agriculteur Charentais 08 juin 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Produits phytopharmaceutiques : Comment épandre, vidanger et utiliser les pulvés, maintenant

Un nouvel arrêté, publié début mai, apporte des nouvelles dispositions dans leur utilisation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Nouveau cadre d’utilisation des phyto dans les pulvés.
Nouveau cadre d’utilisation des phyto dans les pulvés. - © Nicole Ouvrard

L’arrêté concerne tant les titulaires et les demandeurs d’autorisations de mise sur le marché, que ceux du commerce et de l’expérimentation, mais tous les utilisateurs de ces produits et aussi les travailleurs agricoles. Il s’agissait de «toiletter» l’arrêté de 2006. Le nouvel arrêté est entré en vigueur dès le 5 mai dernier. Il prévoit des dispositions encadrant dispositions encadrant la mise sur le marché et l'utilisation des produits phytopharmaceutiques et de leurs adjuvants. Il fixe ainsi la vitesse maximale du vent au-delà de laquelle ces produits ne peuvent pas être appliqués, les délais à respecter entre l'application et la récolte, et le délai de rentrée minimum applicable aux travailleurs agricoles après l'utilisation des produits. Il prévoit également des dispositions pour limiter les pollutions ponctuelles, relatives notamment à l'épandage et la vidange des effluents phytopharmaceutiques.

Lire les conditions d'épandage dans notre édition papier du 2 juin ainsi que le nouvel arrêté ci-joint


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.