L'Agriculteur Charentais 26 octobre 2017 à 08h00 | Par Benjamin Perriot - Damien Gaudillat

Pulvérisation : Pulvériser à bas volume, pas d’improvisation

Une tendance à la baisse des volumes de bouillie s’observe sur les exploitations céréalières. On parle de bas volume dès que les volumes de bouillie sont inférieurs à 100 l/ha.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Gagner du temps en traitant ses cultures avec des volumes réduits de bouillie, c’est possible… à condition de bien régler son matériel et d’intervenir au bon moment.
Gagner du temps en traitant ses cultures avec des volumes réduits de bouillie, c’est possible… à condition de bien régler son matériel et d’intervenir au bon moment. - © J.-C. Gutner

Sur le papier, réduire les volumes de bouillie à l’hectare offre quelques avantages : transporter moins d’eau, rouler plus vite dans les champs et se positionner au plus près des bonnes conditions de traitement pour maximiser l’efficacité. Cependant, cette technique demande un peu d’attention. Il faut redoubler de vigilance dans le choix des buses, leur calibre et la vitesse d’avancement avec un seul objectif : disposer d’une qualité de couverture optimale. Il ne faut pas non plus oublier que les bas volumes ne sont pas à pratiquer de la même manière avec tous les produits !

Lire la suite dans notre édition papier du 27 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).