L'Agriculteur Charentais 14 janvier 2016 à 08h00 | Par François Avrard

Qu’un vent de bon sens se lève…

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © CB

Une année s’est terminée. Mais quelle période a vécu le monde agricole ? Pas facile de souhaiter une meilleure année. Jetons un coup d’œil sur le bilan : économie en berne, prix dégradés, territoires ruraux qui se paupérisent, paroles de politiques que plus grand monde ne finit par croire… La population du terrain veut essayer de se faire écouter, mais une fois de plus dans la sphère parisienne, on oublie les principes de base d’une vie simple. Le pays doute, son savoir-faire s’étiole au profit d’une mondialisation sous le bâton des plus puissants. Il est grand temps qu’un vent de raison, de bon sens souffle sur l’humanité. 
Juste un vœu : laissez-nous la liberté d’entreprendre, arrêtons ce millefeuille de contraintes, de réglementations insupportables pour les femmes et les hommes qui dessinent quotidiennement la beauté des paysages français. Un monde parfait n’existera jamais, mais soyons tous acteurs pour le rendre passionnant. 
Lectrices, lecteurs de l’Agriculteur Charentais, je vous souhaite, au nom de toute l’équipe du journal, mes meilleurs vœux pour 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.