L'Agriculteur Charentais 23 août 2018 à 10h00 | Par Bernard Aumailley

Qualité des céréales : Le seuil rédhibitoire des 180 secondes

Les blés français sont à 90 % des blés meuniers, à condition qu’ils soient récoltés dans de bonnes conditions et au bon stade de maturation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Atlantique Analyses mesure le taux de chute de Hagberg pour déterminer si le blé sera panifiable. À droite, le directeur du laboratoire, Fabrice Crosnier.
Atlantique Analyses mesure le taux de chute de Hagberg pour déterminer si le blé sera panifiable. À droite, le directeur du laboratoire, Fabrice Crosnier. - © AC

Récolter juste avant ou après les pluies a une incidence sur un indicateur important : l’indice de chute de Hagberg. Cette année, avec les orages qui sont parfois venus perturber les récoltes, cette mesure a pu handicaper certains lots, rapporte Fabrice Crosnier, directeur d’Atlantique Analyses, laboratoire situé sur le port de La Pallice à La Rochelle.
L’indice de chute de Hagberg, aussi appelé temps de chute de Hagberg (TCH), mesure l’activité d’enzymes. Une dégradation du TCH résulte ainsi d’un déclenchement de l’activité alpha-amylasique dans les grains. Elle est strictement favorisée par les pluies qui surviennent à partir de la maturité physiologique. Selon Arvalis, «une activité excessive des amylases conduit à l’obtention de pâtes très molles, collantes, ne permettant pas d’être travaillées convenablement. De plus, les produits cuits présentent des colorations brunes très prononcées. Cette activité excessive est donc rédhibitoire pour une utilisation d’un blé dans les industries de cuisson (boulangerie, viennoiserie, biscotterie, biscuiterie...).» C’est là que réside donc le problème : l’utilisation future des céréales.

Lire la suite dans notre édition papier du 24 août

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
6 428
Selon l’estimation de l’Observatoire régional de l’agriculture biologique (Orab), pour 2018, les chiffres laissent présager une croissance du nombre d’exploitation bio en Nouvelle-Aquitaine. D’ici la fin de l’année entre 1 100 et 1 200 nouveaux engagements (936 au 1er octobre) devraient être comptabilisés. Ce qui ferait un total de 6 428 exploitations bio.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui