L'Agriculteur Charentais 20 mai 2016 à 08h00 | Par Gaetan Louarn

Quantifier en même temps fixation et transfert d’azote

Comprendre les flux de carbone et les transferts d’azote dans les associations graminées-légumineuses.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © INRA

Le développement d’outils de diagnostic pour juger du bénéfice des légumineuses ou aider au pilotage de ces cultures nécessite dans un premier temps d’avoir accès expérimentalement à tout  ou partie des flux d’azote dans le système. Or les diverses revues montrent que la mesure simultanée de la fixation et du transfert d’azote dans les associations pose et reste un problème méthodologique qui n’est pas complètement résolu.Ces dernières années, de nombreuses études ont abordé ces questions, mais la plupart ont cherché à identifier les voix de transfert possibles en milieu plus ou moins artificialisé et sur des pas de temps inférieurs à l’année. Les données disponibles en situation agronomique réaliste restent ponctuelles (peu de situations explorées en plein sol) et incertaines, particulièrement pour les cultures pérennes telles que les prairies semées (pas de temps longs).

Lire la suite dans l'édition du 13 mai 2016

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui