L'Agriculteur Charentais 07 décembre 2017 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Qui sera le capitaine des ports de la façade atlantique ?

Cinq ports, des statuts différents, des hinterlands parfois étriqués et des gouvernances variées

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La Rochelle 6ième port français et Bordeaux 7ième.
La Rochelle 6ième port français et Bordeaux 7ième. - © AC

La question n’est pas vraiment la colonne vertébrale du nouveau rapport du Conseil économique et social de la Nouvelle Aquitaine. Il est en filigrane. Si la Région a pris la compétence des ports. Son approche se veut «régionale», mais la gestion serait de «proximité» par les Conseil départementaux ou des syndicats mixtes. Alors le Conseil économique et social régional a planché sur une possibilité régionalisation des ports pour une meilleure coordination des objectifs, des moyens, des investissements. Le rapport présenté, à La Rochelle (et Bordeaux), mercredi, «envisage» des perspectives. Mais tant d’impondérables viennent percuter le désir de bien faire régionalement qu’il ressemble à un catalogue de vœux pieux.

Lire l'analyse du rapport du CESER  dans notre édition papier du 8 décembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.