L'Agriculteur Charentais 09 janvier 2014 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Quid du Syndicat de l’eau ? - Il faut modifier les statuts des ASA

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Depuis le temps que l’on en entend parler (juin 2012), le syndicat de l’eau devient un peu l’Arlésienne. Il se nomme maintenant «syndicat mixte des réserves de substitution». Pour exister ce syndicat peine sur ses statuts et celui de ses adhérents. La profession agricole a fait valoir que les ASA devaient rester propriétaires des réserves construites avant la création du syndicat et ne transféreraient pas la compétence au syndicat. Aujourd’hui trois ASA seraient disposées à transférer leurs compétences au syndicat mixte : Boutonne, Saintonge Centre, Coteaux de Chaniers. Pour changer de statut, il faut des enquêtes d’utilité publique. Dans cette attente de procédure, le syndicat est en rade. Autre demande de la profession : une fixation du prix du mètre cube de vente d’eau par sous bassin versant, périmètre de contractualisation avec les agences de l’eau.

Lire la suite dans le dossier du 10 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui