L'Agriculteur Charentais 16 avril 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

R&D : Laits, beurres, fromages ne sont plus les uniques pistes de développement

La filière laitière régionale et française se dote d’un outil pour trouver des pistes industrielles aux co-produits.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Visite des halls techniques de Philolao, jeudi à Surgères, avec les officiels lors de l’inauguration.Ensuite, ce qui s’inventera dans ces locaux sera «top secret.»
Visite des halls techniques de Philolao, jeudi à Surgères, avec les officiels lors de l’inauguration.Ensuite, ce qui s’inventera dans ces locaux sera «top secret.» - © Gilles Delacuvellerie

Cela manquait à la filière. Le constat du manque de recherche et développement a longtemps été véhiculé dans les diverses instances laitières. Un imparfait puisque depuis la semaine dernière, une unité, «unique en Europe», vient d’être installée à Surgères, berceau de la coopération laitière : Philolao. Mille mètres carrés pour des chercheurs, des outils expérimentaux et d’analyses, sans équivalents sur de la recherche appliquée de produits issus de la transformation des matières grasses, animales et végétales, de leurs co-produits et leurs dérivés. A écouter présenter la structure, Franck Sobolewski, un vieux routier de la R&D régional, directeur de Philolao, les applications des recherches ouvrent des champs importants : secteur laitier, boulangerie, viennoiserie, pâtisserie, cosmétiques. L’équipe est d’ores et déjà opérationnelle dans des locaux jouxtant l’Enilia-Ensmic et le moulin expérimental.  Stéphane Dos Santos (directeur industriel d’Eurial) préside cette unité : 4,2 M€ investis, 5 permanents, plus les entreprises invitées à utiliser les locaux et les matériels de recherche. «Le projet est né» raconte Franck Sobolewski «au sein de l’Enilia. Puis il s’est développé pour en 2010 avec le dépôt de projets importants et une réponse d’un appel d’offres sur des projets innovants. Nous avons réussi à convaincre nos clients industriels sur cette opportunité pour la filière laitière, de manière pragmatique,  sur un rapport coût-efficacité intéressant.» Ainsi l’aventure est née. La star-up est maintenant une plate-forme R&D mutualisée.
Lire la suite dans notre édition du 17 avril

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
183 000 hl
D’après les donnees des contrats d’achat a  finoctobre 2016, les transactions en vrac de vins deFrance SIG et de vins IGP reculent par rapporta  la campagne 2015- 2016 pour les vins rougeset blancs et progressent en roses (apre s unecampagne particulie rement faible). Toutes couleurs confondues, les volumes de ventes sontlege rement inferieurs a  la campagne precedenteen vins AOC avec une stabilite des ventes enrouges et une baisse en blancs et roses.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui