L'Agriculteur Charentais 22 octobre 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Rachel Lemarié : Pas du job dating, de l’information filières

Chef de projet à l’AREFA (1) Poitou-Charentes

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Quel bilan dressez-vous de la semaine de l’emploi salarié agricole?
Quantitativement, nous avons reçu plus de 300 personnes sur les quatre sites de ces journées dans la région. Huit exploitations avaient déjà dans un premier temps fait l’objet de visites des prescripteurs. Cette fois le public visé était celui des demandeurs d’emplois, dans le but de leur donner des informations sur le monde agricole, les filières porteuses, les formations et les emplois possibles. Nous en avons accueilli 175 lors de ces journées. Pôle Emploi avait invité 3500 d’entre eux à venir nous rencontrer. Qualitativement, notre bilan pourrait être plus important, mais l’image, bien actuelle, ne serait pas favorable à l’agriculture. Nous avions aussi invité les structures d’insertion avec l’activité économique. Elles sont venues avec des groupes de salariés. Je ne suis pas satisfaite de la mobilisation des demandeurs d’emplois, même si nous avions conçu cela de manière attractive. Charente-Maritime et Charente ont bien marché, moins dans les autres départements. Nous avions fait une importante communication auprès de ce public… notamment de Pôle Emploi.

Est-ce la multiplication des forums saisonniers qui font concurrence ?
Non, je ne crois pas. Ce n’est pas le même créneau. On venait à nos journées pour s’informer sur les filières. Mais il nous faut aller plus loin, faire apparaître nos métiers dans les offres d’emplois, au Pôle emploi. Car il ne sert à rien de dire que l’agriculture recrute dans 90 métiers, si concrètement ce n’est pas visible. Cela vient aussi des exploitants. Les forums ne sont à cette époque non plus. Les questionnaires de satisfaction sont pourtant bons à l’issue de cette journée. Est-ce que les demandeurs d’emploi sont suffisamment curieux sur les opportunités dans l’agriculture. Saintes a très bien marché, MFR de Triac-Lautrait aussi et nous avions pris les mêmes méthodes d’information.

3500 invitations du Pôle Emploi et si peu de visiteurs…
Ils ont joué pleinement leur rôle d’informateurs. Je crois qu’il y a peut-être à analyser les modes de déplacements des demandeurs d’emploi. Faut-il aller jusqu’à organiser les transports ? Mobiliser les gens est difficile aujourd’hui. Il nous faut instaurer une grosse dynamique de dépôts d’offres, un réseau d’agriculteurs pour définir les profils de poste, pour voir l’agriculture comme un secteur comme les autres. Même si la bourse de l’emploi est un bon début.

Prêt à renouveler l’expérience ?
Oui. Mais il faut une mobilisation de toute la profession pour afficher qu’elle recrute. C’est une première étape. Il en fallait une.

(1) Association régionale emploi formation en agriculture

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
23 000
C’est le nombre record d’entrées engrangées par la Fête du cognac, avec des concerts à guichets fermés de LEJ le 28 juillet dernier. Aaron et Synapson ont totalisé 8000 spectateurs. Caravane palace a fait 7000 entrées. Des chiffres qui devraient redonner du baume au cœur aux organisateurs qui l’an dernier présentaient un déficit de 53K€.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui