L'Agriculteur Charentais 13 octobre 2016 à 08h00 | Par ba

Réalité et ampleur de la crise agricole

On est encore loin des bilans 2016, mais déjà les situations sont patentes. Les OPA ont alerté et tentent de travailler ensemble.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © V. Mottin

Depuis quelques mois, elle est latente : la crise agricole s’est installée. Moins bruyante, moins revendicatrice que l’an passé, elle est pourtant là. Les OPA ont alerté, par voie de publicité, pouvoirs publics et grand public sur son acuité. Réalité ou intox ? A écouter, les uns et les autres, les preuves sont tangibles sur son emprise dans le monde agricole. Mais les solutions de sortie de crise se cherchent : sinon celle d’une meilleure production dans la prochaine campagne et des prix à la hausse.
Luc Servant analyse la situation : «nous suivons avec les centres de gestion les comptes des exploitations. Cela fait 3 ans que cela dégringole. Cela veut dire qu’un tiers des exploitations sont dans le rouge depuis 3 ans !» 2016 pourrait voir un revenu agricole départemental nul.

Lire la suite dans l'édition du vendredi 7 octobre 2016

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.