L'Agriculteur Charentais 02 juin 2016 à 08h00 | Par Inra

Recherche : La piste génétique pour contrer le mildiou et l’oïdium

80 % des pesticides actuellement utilisés en viticulture le sont contre le mildiou et l’oïdium. L’Inra met au point de nouveaux cépages résistants à ces maladies.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des recherches et une expérimentation qui s’inscrivent dans le plan Ecophyto pour réduire massivement l’usage de pesticides.
Des recherches et une expérimentation qui s’inscrivent dans le plan Ecophyto pour réduire massivement l’usage de pesticides. - © Inra

Sur le domaine expérimental de l’Inra à Bordeaux, les chercheurs Inra comparent  sur plus d’un demi-hectare, dans des conditions proches de la pratique agricole, trois modes de culture. Un mode conventionnel bas intrants, avec le cépage Merlot, qui permet d’économiser 50 %* de pesticides par rapport au mode classique, un mode agriculture biologique, toujours avec du Merlot, qui réduit les pesticides à 65 %*. Ces deux modes sont comparés à une variété résistante au mildiou et à l’oïdium, soit un cépage inédit issu des recherches de l’Inra de Colmar, permettant d’économiser
96 %* de pesticides. Outre l’usage de produits phytosanitaires, ils évaluent pour chacun des modes, la durabilité, le coût, le temps de travail… et jusqu’à la qualité du vin.

Lire la suite dans notre édition du 27 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.