L'Agriculteur Charentais 31 juillet 2014 à 08h00 | Par Vincent trotin

RECOLTE D’ETE 2014 : Des rendements corrects malgré un climat capricieux

Les années se suivent et se ressemblent : fortes précipitations hivernales, absence de froid marqué, variations de températures importantes, périodes très douces et fraîches.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AC

Les années se succèdent et ont des similitudes. Cette campagne, comme la précédente se caractérise par de fortes précipitations hivernales et par une absence de froid marqué mais des variations de températures importantes, alternant des périodes très douces et d’autres fraîches. Ces conditions ont dans l’ensemble été favorables aux cultures d’hiver. 
Blé tendre, qualitatif et abondantLes surfaces en blé tendre ont légèrement augmenté par rapport à l’an dernier (+2,7%). Par contre, il y a du volume et de la qualité. Contrairement à 2013, les bons rendements de cette année s’accompagnent d’un taux de protéine correct.

Lire la suite dans notre dossier récolte du 1er août

Chiffres : Physionomie d’une campagne

L’an dernier, la récolte 2013 avait été marquée aussi par le climat de la campagne culturale. 36,8 Mt de blés (+3% et 119 000 ha de surfaces supplémentaires) mais une grande hétérogénéité parmi les régions. 10,3 Mt d’orges (-3%). Résultat : on a emblavé à l’automne 2013 plus d’orges d’hiver (+15%) et diminué les orges de printemps (-28 %). «C’est le retour à un assolement plus habituel» souligne FranceAgriMer. Si le maïs avait vu en 2013 une «extension» des cultures, la production avait reculé. L’année 2013 avant été caractérisé par un blé tendre de bonne qualité globale, mais présentant un taux de protéines décevant bien que variable suivant les régions. Avec un taux moyen de 11,2 % et des moyennes régionales comprises entre 10 % et 12,2 %, la teneur en protéines de la récolte était inférieure à celle de 2012. Le fait est maintenant connu. Et la filière a mis en place une stratégie pour retrouver dès cette récolte des taux de protéines qui ne pénalisent pas les céréales françaises à l’exportation. Cette campagne la sole de blé tendre progressait d’un peu moins de 50 000 ha et dépasserait de 5 Mt (+1%) et ce «malgré une campagne de semis de céréales à paille rendue difficile, comme la campagne précédente, par les conditions très humides de l’automne.» 15 % au-dessus de la normale selon Méteo France. Selon les chiffres de FranceAgriMer, au niveau régional, les plus fortes progressions sont enregistrées dans le Grand Ouest et le Centre de la France : + 14 % en Pays de Loire, +3 % dans le Centre, +5 % en Midi-Pyrénées. Cela a détriment du blé dur. Selon l’enquête hebdomadaire de Céré’Obs, « les conditions de culture bonnes et très bonnes se stabilisent ainsi à 71 % en semaine 23 (68 % en 2013). Conclusion : «stock d’entrée confortable et une récolte dont tout laisse à penser qu’elle sera abondante devraient mener à des disponibilités plus importantes en 2014/2015.» Selon cette source, les incorporations de blé tendre dans l’alimentation animale pourraient augmenter en 2014/154 du fait «d’un probable accroissement de la compétitivité-prix du blé.» Résultante d’une augmentation des surfaces, d’une récolte plus importante et d’une baisse des quantités de maïs prévisible. Côté exportation, après la baisse des ventes des blés tendres dans l’Union, on espère une reprise dans ce début de campagne. La sécheresse espagnole fait espérer. Mais la concurrence avec les blés de la Mer noire sera importante. D’autant que l’Argentine est aussi sur les rangs cette année.
Bernard Aumailley

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
13 837
C’est le nombre de lapins détruits  par les ACCA et les lieutenants de louveterie en mars, sur la saison 2014 2015 en Charente Maritime. Les chasseurs en période de chasse font l’effort principal avec 11 294 prélèvements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui