L'Agriculteur Charentais 06 août 2015 à 08h00 | Par Lise LUCZAK

Récolte d'été 2015 : Une année chaude, pleine de surprises !

Une fois de plus, c’est le climat qui a eu le dernier mot pour accompagner jsuqu’au dernier moment la campagne des cultures d’hiver.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le rendement moyen cette année serait pour la Charente-Maritime autour de 70 q/ha pour le blé tendre.
Le rendement moyen cette année serait pour la Charente-Maritime autour de 70 q/ha pour le blé tendre. - © Vincent Motin

Cette année a été marquée par un automne aux températures élevées et son alternance de pluie qui a facilité l’implantation des cultures d’hiver. De fortes biomasses ont pu être observées dès l’entrée d’hiver (un tallage important pour les céréales et des pieds de colza développés). Janvier et Février ont été un peu plus frais, ce qui a permis de rééquilibrer l’avancée de la végétation. La montaison des céréales s’est donc effectuée classiquement autour du 20 Mars. Enfin, le printemps sec a inquiété la profession, mais les cultures d’hiver ont pu profiter des précipitations de fin avril / début mai qui ont préservé les potentiels. Les précipitations et les températures clémentes non échaudantes du mois de juin ont assuré un bon remplissage de grain et donné des rendements plus que corrects. Le déroulement de la campagne a été moins bénéfique aux pois et orges de printemps.

Blé tendre, de bons rendements, de bons PS et une qualité moyenne
Les surfaces en blé tendre sont quasi équivalentes à l’an dernier (+0.9%).

Blé dur, une année de gloire
Les surfaces ont fortement augmenté cette année en blé dur +36.4% par rapport à 2014 avec certains secteurs à plus de 50%. Les rendements en blé dur sont bons autour de 67qtx/ha  avec une qualité correcte et de bon taux de mitadinage. Les taux de protéine sont cependant hétérogènes avec une moyenne de 14.

Orges d’hiver, une seconde paille qui fait encore ses preuves
Elles obtiennent souvent de meilleurs résultats que les seconds blés tendres. Les rendements sont bons voire même très bons cette année. La moyenne départementale se situe autour de 70 qtx/ha [60 à 100].

Orges de printemps, une hétérogénéité liée au type de sol
Cette culture trop dépendante du climat en fin de cycle, et les aléas climatiques de plus en plus présents, les surfaces d’orge de printemps continuent de diminuer (-11% en comparaison à 2014).Le rendement moyen devrait s’approcher des 60qtx/ha voire même 70qtx/ha en irrigué.

Colza, une tête de rotation de plus en plus difficile à réussir
Les surfaces implantées en colza d’hiver cette année ont légèrement augmenté à la vue des 2 dernières années très peu touchées par l’orobanche rameuse.

Lire la suite dans notre édition du 7 août

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui