L'Agriculteur Charentais 11 août 2016 à 08h00 | Par Gwendal Chollet

Récolte d'été 2016 : Un bon début... mais une fin décevante !

Les bonheurs sont divers, suivant les cultures. Fort hétérogène en blés, les orges toujours biens, le colza se maintient, les pois préfèrent janvier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Vincent MARMUSE

Les conditions de semis ont été relativement bonnes cette année, que ce soit pour les colzas profitant de pluies fin août et mi-septembre pour les faire lever, ou bien pour les céréales et pois d’hiver avec une période peu pluvieuse entre octobre et décembre.
La douceur de l’automne et du début de l’hiver ont permis aux colzas et aux céréales de posséder un développement végétatif à la fin de l’hiver très important (comme par exemple pour les céréales des stades «épi 1cm» à la mi-février pour les semis et les variétés les plus précoces).
Janvier, février et début mars sont pluvieux, favorisant la bonne efficacité des apports azotés et la minéralisation de la matière organique, ainsi que doux permettant le développement du piétin échaudage en précédent pailles.
La seconde décade de mars est sèche et froide permettant de limiter le développement des maladies sur feuilles, présentes durant tout l’hiver (oïdium, septoriose, rouilles jaunes et brunes). Une majorité des pois de printemps se sèmera à cette époque.

Lire l'ensemble des rendement pour le blé tendre, le blé dur, l'orge, les pois et le colza dans le département dans l'édition papier du 5 août

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
36,1 Mt
Il s’agit de la quantité de blé tendre attendue à l’issue de la moisson 2018, proche de celle de l’an dernier et légèrement supérieure à la moyenne de la période 2013/2017. Le blé dur, en revanche devrait voir sa production baisser de 12,2 %, en raison d’un rendement passant de 55,9 à 51,8 qx et d’une baisse des surfaces cultivées.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui