L'Agriculteur Charentais 25 octobre 2018 à 13h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Redonner une dynamique aux produits tripiers

En amont de la 18ème édition de «Novembre, le mois des produits tripiers», une animation s’est déroulée vendredi dernier à l’Hyper U de La Rochelle.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Des animations pour promouvoir les produits tripiers et les proposer en rayon traditionnel.
Des animations pour promouvoir les produits tripiers et les proposer en rayon traditionnel. - © AC

Rognons, cœurs, langues, pieds, fraise de veau,langues d’agneau, rognons blancs d’agneau, rognon de boeuf, queues de bœuf... Les produits tripiers étaient à l’honneur, vendredi et samedi derniers à l’Hyper U de La Rochelle. Deux journées consacrées à promouvoir des morceaux du 5ème quartier (produits qui ne sont pas rattachés à la carcasse de l’animal, provenant du bœuf, du veau, d’agneau et du porc) à l’initiative d’Interbev Nouvelle-Aquitaine et menées d’une main de maître en par Pascal Gonnord, tripier dans les Deux-Sèvres, président de la CNTF, Confédération nationale des tripiers de France, qui était épaulé pour l’occasion par la Confrérie rochelaise de la Tête de veau. L’animation était axée sur la dégustation de morceaux de tête de veau, accompagnés d’une sauce, et sur la communication auprès des produits.

 

Retrouvez notre grand angle consacré aux produits tripiers dans notre édition papier du 26 octobre 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui