L'Agriculteur Charentais 05 novembre 2015 à 08h00 | Par JCD

Réductions des phytos : Le gouvernement détaille son plan Ecophyto 2

Cette version présente un plan enrichi par la consultation du public. Avec la mise en place des certificats d'économie de produits phytos, le niveau des objectifs à atteindre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Nouvelle vitesse pour mettre en place l'agro-écologie chère au ministre.
Nouvelle vitesse pour mettre en place l'agro-écologie chère au ministre. - © Ministère agriculture

Ecophyto 2 réaffirme un objectif de diminution du recours aux phytos : -25 % d'ici à 2020 via l'«optimisation des systèmes de production» et -25 % supplémentaires à l'horizon 2025 grâce à des «mutations plus profondes», selon un communiqué du ministère de l'Agriculture. Copiloté par le ministère de l'Environnement, le plan avait été présenté en janvier par Stéphane Le Foll. Il a depuis été enrichi grâce aux 4 700 contributions reçues lors de la consultation du public entre les 8 et 29 juin. Sa déclinaison pratique sera présentée le 4 novembre en ouverture du Comité consultatif de gouvernance.

Lire la suite dans notre édition papier du 6 novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.