L'Agriculteur Charentais 20 juillet 2017 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Réduire l’intervalle de traite pour se libérer plus tôt

Des essais conduits par l'Inra montrent qu'il est possible de rapprocher les deux traites quotidiennes afin de réduire l'amplitude horaire de la journée de travail.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © c.prulh

Selon une enquête dans les élevages bretons, l'intervalle de traite moyen s'affiche à 10h20, contraignant les éleveurs à une forte amplitude horaire de travail. «Beaucoup souhaitent simplifier leurs pratiques d'élevage et passer du temps en famille le matin ou le soir. Par ailleurs, l'agrandissement des troupeaux peut engendrer un recours accru au salariat. Or, les salariés sont rebutés par cette large amplitude horaire et les éleveurs peinent à recruter. La monotraite allège cette contrainte mais cette solution a pour conséquence une forte réduction de la production laitière. Une réponse alternative peut être le rapprochement horaire des deux traites pour pouvoir se libérer plus tôt en fin d'après-midi, ou commencer plus tard le matin», observe Valérie Brocard de l'Institut de l'élevage, lors des Prairiales de Normandie. Aussi, les équipes de l'URH de Theix (Inra-Enita) ont analysé différents intervalles entre traites en en mesurant les impacts en termes de production laitière.

 

lire l'article complet dans notre édition du 21 juillet

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
6 428
Selon l’estimation de l’Observatoire régional de l’agriculture biologique (Orab), pour 2018, les chiffres laissent présager une croissance du nombre d’exploitation bio en Nouvelle-Aquitaine. D’ici la fin de l’année entre 1 100 et 1 200 nouveaux engagements (936 au 1er octobre) devraient être comptabilisés. Ce qui ferait un total de 6 428 exploitations bio.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui