L'Agriculteur Charentais 31 octobre 2013 à 08h00 | Par AG

Réforme de la Pac - Accord politique sur les mesures transitoires pour 2014

Un terrain d’entente a été trouvé sur les mesures transitoires qui seront mises en place en 2014 en attente de l’entrée en application de la Pac en 2015.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Cet accord politique doit désormais être formalisé avant la fin de l’année.
Cet accord politique doit désormais être formalisé avant la fin de l’année. - © P.CRONENBERGER

Le Parlement européen et le Conseil sont parvenus, le 23 octobre à Strasbourg, à un accord politique sur les mesures transitoires qui seront mises en place en 2014 afin d’assurer la transition entre la Pac actuelle et la nouvelle qui entrera pleinement en vigueur le 1er janvier 2015. Le nouveau règlement de l’organisation commune de marché (OCM) sera prêt pour 2014 ; par contre pour le développement rural et les paiements directs, les États membres ont besoin de l’année 2014 pour préparer la mise en application des nouvelles règles. Pour les paiements couplés, les deux institutions ont convenu qu’en 2014 les États membres pourraient augmenter leur taux maximum à 6,5% des plafonds nationaux contre 3,5% en vertu des dispositions actuelles et 13% dans le nouveau règlement. Le paiement redistributif permettant d’accorder une surprime aux premiers hectares des exploitations pourra être appliqué dès 2014.

Lire le détail dans notre édition du 1er novembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui