L'Agriculteur Charentais 03 septembre 2015 à 08h00 | Par M.M

Réforme régionale : Crainte d'un «éparpillement» des compétences

A Bordeaux, les Chambres d'agriculture de l'Arc Atlantique veulent la clarification des compétences.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le nouveau découpage territorial suscite des interrogations au sein des Chambres d'agriculture.
Le nouveau découpage territorial suscite des interrogations au sein des Chambres d'agriculture. - © AC

Le nouveau découpage territorial suscite des interrogations au sein des Chambres d'agriculture. D'abord, dans  l'organisation des nouvelles régions sur fond d'harmonisation des politiques. Ensuite à l'échelon national où «il faut trouver des terrains de discussion, d'action avec les collectivités», a expliqué le 27 août à Bordeaux Daniel Génissel , président de l'Association des Chambres d'agriculture de l'Arc Atlantique (AC3A) réunie en assemblée générale. Celle-ci regroupe vingt-et-une chambres départementales et cinq chambres régionales : Normandie, Bretagne, Pays de Loire, Poitou-Charentes et Aquitaine.
Un constat s'impose et dépasse les clivages politiques. Aujourd'hui, outre l'Europe et l'Etat, de multiples collectivités ont des compétences en matière agricole : régions, départements, communes et communautés de communes. Un «éparpillement», selon le terme employé par Daniel Génissel, que la réforme territoriale n'a fait qu'accentuer. Par exemple : l'Etat va, dans certaines régions, déplacer le siège de la DRAF tout en gardant des sites de proximité dans les départements.

Lire la suite dans notre édition du 4 septembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
1 832
C’est le nombre d’amendements dans le cadre du projet de loi EGALim (états généraux de l’alimentation). En effet, 2094 amendements ont été déposés par les députés, dont 262 ont été jugés irrecevables. 1832 amendements restaient à examiner d’ici le 20 avril.