L'Agriculteur Charentais 09 mai 2013 à 17h36 | Par Bernard AUMAILLEY

Région cognac - Un plan pour renouveler le vignoble

Introduire des vignes nouvelles pour redonner un élan à l arégion délimitée cognac, voilà l'ambition de ce plan.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Christophe Forget
Christophe Forget - © AC

Voilà deux mois que le plan dit «collectif de restructuration» a reçu l’aval du comité de bassin Charentes-Cognac et qu’il est en phase d’explication auprès des viticulteurs. Une boite à outils, mot à la mode, que les syndicats, FranceAgrimer et les élus viticoles promeuvent dans diverses réunions dans la région délimitée. Réunions très suivies à en croire l’affluence de ces dernières. Selon Christophe Forget, président de l’UGVC, ce plan, né d’une réflexion sur l’avenir de tous les débouchés, veut placer la région délimitée dans le renouvellement du vignoble «plus aptes à atteindre les objectifs fixés par le marché.» Anticiper collectivement sur trois ans avec un taux d’aides fixés pour cette durée et supérieur à d’autres vignobles. Objet d’un consensus général sur le bassin, visant 4000 ha, ce plan, agréé par FranceAgriMer, est porté en termes de gestion par l’UGVC et les autres syndicats de production. «C’est un plan ouvert à tous les viticulteurs » ajoute-t-il «pour accélérer le renouvellement du vignoble, pour améliorer sa production, pour optimiser ses modes de conduite, pour adapter le vignoble aux différents cahiers des charges.» Avec une aide moyenne autour de 8000 €/ha (entre 5100 € et 11500 €), ce plan permettrait de «rationaliser les outils de travail», d’élargir les largeurs du vignoble, de modifier les densités (de l’ordre de 10 % à la hausse ou à la baisse pour toutes les parcelles aidées dans ce plan avec une densité cible), et que la densité minimale dans l’AOC Cognac est de 2 200 pieds par ha, afin d’être «plus compétitifs» Les plantations de 2013 devraient être couvertes par ce plan. Toutes les plantations sont concernées : suite à arrachage, par anticipation, etc. «L’engagement est obligatoire avant le 30 juin 2013.» En sollicitant ces aides à la restructuration, les viticulteurs s’engagent à respecter les règles de la conditionnalité (disposer d'un plan prévisionnel de fumure et d'un cahier d'enregistrement de fertilisation pour les opérateurs situés en Zone Vulnérable Nitrates, de respecter les Bonnes Conditions Agricoles et Environnementales, et à déposer un dossier PAC durant les 3 années suivant le paiement de l'aide.) Le précédent  plan d’aides à la restructuration, avait vu 604 ha replantés en 2008-2009, 788 ha en 2009-2010, 1 005 ha en 2010-2011. Pour la 2011-2012, les prévisions sont à 1 212 ha.  Dernier point important :  on peut utiliser des droits externes pour la plantation d’IGP «Charentais» et bénéficier de l’aide avec variétés autorisées et permettant la revendication en IGP «Charentais» à l’exclusion des variétés permettant la revendication en eau de vie AOC «Cognac». Christophe Forget estime que l’objectif des 4000 ha pourrait être dépassé. Seul hic : premiers prêts, premiers servis ! Face au large succès des réunions d’information publiques consacrées aux aides à la restructuration, l’UGVC ajoute une ultime rencontre le mardi 14 mai, à 9 h, à la Maison des Viticulteurs, à Cognac.


Pour participer au plan collectif de restructuration Charentes-Cognac : UGVC : Maison des viticulteurs - 25 rue de Cagouillet - 16100 Cognac - www.ugvc.fr - Tél 05 45 36 59 88 - Les dossiers sont téléchargeables sur le site internet de FranceAgriMer (www.franceagrimer.fr) et pour tout renseignement : FranceAgriMer Aquitaine - Cité Mondiale - 23 Parvis des Chartrons - 33074 Bordeaux Cedex - Tél 05 35 31 40 20

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui