L'Agriculteur Charentais 03 novembre 2016 à 08h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Réglementation : Halte à la surenchère au détriment de l’agriculture !

FNSEA17 et JA17 ont convié le préfet et les parlementaires sur une exploitation à Virson.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Constater les aberrations de 2 projets : l’arrêté phytosanitaire et la révision des zones défavorisées.
Constater les aberrations de 2 projets : l’arrêté phytosanitaire et la révision des zones défavorisées. - © AC

En ce lundi matin, l’accueil de J-Jacques Gaucher et François-Xavier Coussot est chaleureux, mais les sujets sont sérieux. FNSEA17 et JA17 ont invité le Préfet et les parlementaires à discuter de deux projets nationaux : la révision de l’arrêté encadrant l’utilisation des produits phytosanitaires et la révision des zones défavorisées.
Sur le premier sujet, l’arrêté existant a été cassé par le conseil d’Etat en juillet et il est urgent de valider un nouveau texte. Mais le projet est catastrophique pour l’agriculture : il prévoit l’extension des Zones Non Traitables (ZNT) : non seulement le long des cours d’eau comme actuellement, mais aussi le long de tous les fossés, autour des zones non cultivées (ZNCA) et autour des habitations. Les ZNT sont différentes pour chaque produit, mais ceux avec une ZNT de 50 mètres sont très nombreux. De plus la réduction à 5 mètres avec les systèmes actuels ne serait plus possible. Le matériel de réduction de la dérive devrait être efficace à 75% et 90% avec des moyens complémentaires.

Lire la suite dans notre édition papier du 28 octobre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
50 000
La Turquie importe, notamment de la viande bovine (80 % sous forme de bovins maigres et 20 % en bovins finis) pour combler ses besoins sur le marché intérieur. Le pays se place ainsi au 2ème rang mondial des importateurs de bovins, juste derrière l’Union européenne (dans son ensemble). Mais la récente dévaluation de la livre turque fait ralentir ces importations. La France fournissait jusqu’ici 50 000 bovins par an, dont 20 900 broutards (partiellement issus de Poitou-Charentes).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui