L'Agriculteur Charentais 20 février 2014 à 08h00 | Par Laurence Guilemin

Rendez-vous - Ils seront présents au salon, cette année

Pendant une semaine, éleveurs et producteurs présenteront leur savoir-faire et leurs animaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un salon très médiatisé et une opportunité pour mettre en avant les atouts de l’agriculture.
Un salon très médiatisé et une opportunité pour mettre en avant les atouts de l’agriculture. - © AC

A quelques heures de l’ouverture de la plus grande ferme de France, des agriculteurs charentais maritimes sont déjà dans la capitale, soit avec leurs produits, soit avec leurs animaux. Pendant une semaine, ils seront les ambassadeurs de leur terroir, de leur savoir-faire, de l’amour de leur métier, de leur passion.

Deux taureaux charolais de Max Soulard
Parmi les «habitués» du salon, Max Soulard, éleveur charolais, de Lorignac fera concourir deux taureaux de son exploitation. «Concourir au concours général agricole avec deux taureaux ce n’est pas si mal» avance l’éleveur. Le premier, qui a déjà remporté le prix d’honneur à Pontivy (56),  concourra dans la section Mâles nés du 1er décembre 2011 au 30 novembre 2012 et le second, auréolé du 1er prix à Bressuire (79), sera dans la section Mâles nés du 1er décembre 2009 au 30 novembre 2010. «Gascogne, une charolaise a aussi été sélectionnée mais elle est suppléante dans une autre section» rajoute Max Soulard. Cela fait maintenant «12 ou 13 ans, que je participe à ce concours.» Ce passionné, qui compte une cinquantaine de charolaises sur son exploitation explique qu’il «faut avoir les animaux qui peuvent prétendre au concours. A cela s’ajouter la passion et le travail.» Comme à chaque participation, il y voit «un atout pour valoriser son élevage.» Jeudi 25 février, il «montera» à la capitale avec son épouse, son fils Maxime le rejoindra «pour m’aider, le jour du concours, le jeudi 27 février de 13 h à 16 h» précise-t-il. Autre bête à concourir, Guetto, un taureau blond d’Aquitaine, de l’élevage Arsicaud, de Marans. Toujours dans la même catégorie, -Daube, âgée de 5 ans 1/2 ira aussi à la capitale mais pour une vente aux enchères. Du côté de Meschers, l’EARL La Grange sera de la partie dans la section ovine.Du côté des équins, Michel Besson, de La Ronde sera présent, pour la seconde année, avec Azia de l’Oie, une mule poitevine, âgée de quatre ans.  Par contre, ce sera une première pour Balthazar de Ré, un baudet appartenant à Régis Leau, de Ste Marie de Ré.  

Pineau, cognac, liqueurs...
Comme chaque année, la Région sera présente. Une occasion pour promouvoir «son territoire et son terroir auprès d'un public essentiellement francilien et urbain, de plus en plus consommateur de produits locaux.». Sur l’un des trois stands Poitou-Charentes 13 exposants picto-charentais présenteront leurs produits régionaux comme le pineau, le cognac, avec Bernard Bégaud de Villars les Bois, la SARL Begey et Fils, aussi de Villars les Bois. A noter, la présence, pour la première fois, du domaine familial de Vincent Gouzilh, de St Aigulin. Outre la vente directe de pineau et de cognac, le jeune agriculteur a diversifié sa gamme en créant des liqueurs originales à base de cognac. Il les présentera aux visiteurs du salon. Il proposera également aussi des mousseux, des jus de fruits et légumes et des conserves à base des canards et des lapins de la ferme. La boulangerie artisanale sera aussi représentée avec la Sarl Bouchert, de St Germain de Lusignan. Les produits de la mer seront aussi présents avec les huîtres de l’Eguille sur Seudre, des Ets Chiron.

Lire aussi notre article sur le stand Poitou-Charentes des produits régionaux dans notre édition du 21 février

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

7 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
80 000 téc
Selon une estimation de l’Institut de l’élevage (Idele), datée de septembre 2016, ce ne sont pas moins de 80 000 tonnes équivalents carcasses (téc) supplémentaires qui devraient arriver sur le marché européen, sur les six derniers mois de l’année de 2016 par rapport à 2015. D’après l’Idele, la hausse des tonnages abattus en France, Allemagne, Royaume-Uni, Irlande, Pays-Bas, Pologne, Belgique et Danemark, «atteindrait +30 000 téc par rapport à 2015 au 3e trimestre (soit +7%/2015) et +50 000 téc au 4e trimestre (soit +10%/2015) ».

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui