L'Agriculteur Charentais 07 septembre 2017 à 08h00 | Par Christelle Picaud

Rentrée syndicale : «Un revenu pour tous, quel que soit le modèle agricole développé»

Alain Rousset était invité par la Fnsea Nouvelle-Aquitaine, mardi 29 août à Prahecq.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une visite d’exploitation pour échanger sur la feuille de route de l’agriculture de la région.
Une visite d’exploitation pour échanger sur la feuille de route de l’agriculture de la région. - © Agri79

«J’ai installé mon fils l’année dernière. Je ne veux pas qu’il sombre parce que l’Etat n’aura pas honoré ses engagements. Nous avons besoin de notre argent», appelle avec véhémence François Avrard de la Fnsea 17. En écho son collègue Serge Bergeon secrétaire général de la Fnsea 33 prend la parole et évoque le désastre, une année de fort gel printanier, entraîné par le non-paiement de la prime PAC dédiée à l’assurance récolte. «Les viticulteurs ne se sont pas couverts à la hauteur de ce qu’il aurait fallu. Ce sont les agriculteurs qui souffrent en premier lieu de cette irrecevable situation. L’économie globale de la région Nouvelle-Aquitaine sera affectée très rapidement».

Lire la suite dans notre édition papier du 8 septembre

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
15
Quinze des 29 projets agricoles déposés par les zadistes de Notre-Dame-des-Landes ont d’ores et déjà été jugés «éligibles» à la signature de conventions d’occupation précaire (COP), a annoncé le 14 mai le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert. Pour les autres projets, «nous avons encore besoin de temps pour continuer à les examiner», soit en raison de dossiers incomplets, soit du fait de conflits d’usage avec d’autres exploitations agricoles, a ajouté le ministre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui