L'Agriculteur Charentais 21 juin 2018 à 10h00 | Par l'Agriculteur Charentais

Replantations et restructurations

8 % du vignoble ont été replantés depuis 5 ans sur les 80 000 hectares de la région délimitée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Avis favorable du Conseil de bassin pour le plan de restructuration.
Avis favorable du Conseil de bassin pour le plan de restructuration. - © AC

Après un échange sur les intempéries et les mesures en place, le Conseil de bassin a été l’occasion de dresser un bilan des demandes d’autorisation de plantations nouvelles en 2018 au regard des limitations accordées pour les différents vignobles. Portées par un marché dynamique et des exportations en croissance, les demandes ont dépassé les limitations fixées.
Chaque demandeur de ces secteurs se verra donc attribuer une surface minimale (dite surface plancher) dans la limite de la surface demandée. Ces surfaces minimales seront respectivement pour l’AOC Cognac d’environ 48 ares ; pour l’AOC pineau des Charentes d’environ 3 ares ; pour l’IGP charentais d’environ 13 ares ; pour les demandes de vins sans IG (VSIG) d’environ 59 ares.

Lire la suite dans notre édition du 22 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les brèves du journal
Prochaine brève

6 brève(s) » voir toutes
Le chiffre de la semaine
35
C'est en moyenne le poids en kilo de fruits frais achetés par ménage entre janvier et mai dernier. Durant les cinq premiers mois de l’année 2018, les achats en volume de fruits frais des ménages français pour leur consommation à domicile (3 543 kg pour 100 ménages) sont en légère diminution par rapport la même période en 2017 (- 2  %) ainsi que par rapport à la moyenne triennale (- 3 %).