L'Agriculteur Charentais 07 mai 2015 à 08h00 | Par Vie charentaise

Réseau RedCap : L’autonomie alimentaire : source d’économie en élevage caprin

Les résultats moyens 2014 des élevages montrent bien que la recherche de l’autonomie alimentaire a un sens.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Tous les ans les réseaux RedCap réalisent deux journées pour présenter les résultats technico-économiques des fermes du réseau. Cette année, la première d’entre elles a eu lieu 19 mars dans le Maine-et-Loire, la seconde s’est déroulée le 27 avril à Villefagnan (16), avec l’après-midi la visite du Gaec de Kalidaan (voir encadré).Le RedCap, Réseau d’expérimentation et de développement caprin, est un réseau d’éleveurs et de techniciens des différentes structures de développement régional mis en place en 2011 pour conduire des actions de recherche et de développement sur l’alimentation à l’herbe et l’autonomie alimentaire, en lien avec le dispositif Patuchev de l’Inra de Lusignan. 30 élevages caprins de Poitou-Charentes et du Pays de la Loire sont ainsi suivis mensuellement par les chambres d’agriculture, le Contrôle laitier, les Civam et le BTPL, afin d’acquérir des références techniques et technico-économiques sur des systèmes caprins herbagers cherchant à développer leur auto­nomie alimentaire.Un suivi mensuel des rations et des performances laitières est réalisé par un technicien dans les élevages suivis. Trois indicateurs sont calculés : l’autonomie alimentaire, la part d’herbe de la ration et la quantité de concentrés et de déshydratés distribuée. Chez les éleveurs volontaires, le coût de production est calculé, selon la méthode de l’Institut de l’élevage. Il permet de déterminer les composantes du coût de production du lait et la rémunération permise par l’atelier caprin.Des études thématiques sont également conduites et visent l’innovation technique : choix et suivi de prairies multi-espèces adaptées aux caprins, production et utilisation de méteils, technique du séchage en grange, qualité du foin…

Lire la suite dans notre édition du 8 mai

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

Le chiffre de la semaine
729 kms
La Pologne veut ériger une haie de 729 kms contre les sangliers le long de ses frontières avec l’Ukraine et la Biélorussie, pour lutter contre la propagation de la peste porcine africaine. C’est ce que vient de déclarer la vice-ministre polonaise de l’agriculture, Ava Lech. La haie doit empêcher des sangliers atteints par la peste porcine africaine de traverser la frontière. Sa construction est estimée à 24 M €. Les infections ne cessent de se multiplier en Pologne. Elle en est au 15ème cas de foyers découverts cette année.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui