L'Agriculteur Charentais 22 octobre 2015 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Réserves de substitution : La gestion de l’eau bascule dans la gestion publique

Attendu depuis des années pour prendre le relais des ASA, le syndicat mixte a tenu son premier conseil consultatif. Déjà au boulot.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Premier comité consultatif du nouveau syndicat mixte.
Premier comité consultatif du nouveau syndicat mixte. - © AC

Ce n’est pas parce que le syndicat mixte des réserves de substitution, une invention nationale charentaise-maritime, a été porté sur les fonts baptismaux, mercredi 14 octobre, à Saintes que les mises en eau sont ou seront effectives. Il y aura encore bien des pluies et des assecs avant que ces réserves soient fonctionnelles. Même si le vœu le plus cher, qui a prévalu à sa création, est de consolider les dossiers préalables aux constructions et de les sortir de l’ornière juridique dans laquelle les projets s’enfoncent. Françoise de Roffignac, vice-présidente du Conseil départemental est sur cette longueur d’onde, reprenant le travail de fond entrepris lors du précédent mandat par Michel Doublet, durant quatre ans.

Lire la suite dans notre édition du 23 octobtre.

Oui au financement si...

Le cofinancement des agences de l’eau pour les projets de stockage sera «possible», dit une circulaire signée Ségolène Royal en juin dernier. «Lorsqu’ils s’inscriront dans un projet de territoire prenant en compte l'ensemble des usages de l'eau, la qualité de l’eau, et diversifiant les outils permettant de rétablir l’équilibre quantitatif, pour que les prélèvements soient compatibles avec les capacités du milieu, en mobilisant notamment les actions visant à promouvoir les économies d’eau.» Et de préciser : «les agences de l’eau n’interviendront que sur la substitution de prélèvements à l’étiage par des prélèvements hors étiage, et non sur de la création de volumes supplémentaires.» Cela a le mérite d’être clair. Dans le cas contraire, des projets de stockage pour des prélèvements supplémentaires, le «financement de l’agence de l’eau portera uniquement sur la quote-part liée à la substitution des prélèvements. » La mise en œuvre de ces projets de territoire se fera dans les bassins versants identifiés à «enjeu quantitatif» dans le SDAGE ou le programme d’intervention de l’agence de l’eau, notamment les zones de répartition des eaux. «Les projets de territoire étant une condition importante pour la réussite de la politique de gestion quantitative dans un certain nombre de bassins versants» poursuit la ministre. Charge aux agences d‘être présentes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Le chiffre de la semaine
13 837
C’est le nombre de lapins détruits  par les ACCA et les lieutenants de louveterie en mars, sur la saison 2014 2015 en Charente Maritime. Les chasseurs en période de chasse font l’effort principal avec 11 294 prélèvements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui