L'Agriculteur Charentais 16 juin 2016 à 08h00 | Par Bernard Aumailley

Réserves : Harmoniser ou pas les financements des agences

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Martin Gutton
Martin Gutton - © AC

Martin Gutton, directeur de l’Agence Loire Bretagne, a été apostrophé par Luc Servant, lors de la signature du contrat de territoire du bassin du Curé. Interrogé sur une parité de financement des réserves de substitution, le directeur de l’Agence ne répond pas formellement, ni positivement. «Le territoire national est découpé en six bassins qui n’ont pas les mêmes règles, induites par les redevances. Les irrigants d’Adour Garonne ne payent pas la même redevance que ceux de Loire Bretagne.»

Lire la suite dans notre édition papier du 10 juin

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. l'Agriculteur Charentais se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Le chiffre de la semaine
2 000
En Nouvelle Aquitaine, 2 000 éleveurs seraient impactés par la réforme de la carte des zones défavorisées en ne bénéficiant plus de l’ICHN, ce qui représenterait pour ces exploitations, une perte nette de 15 ME par an. En 2016, 11 500 éleveurs ont bénéficié de cette indemnité pour un montant total de 92 ME. Ils représentent plus de 20 % des bénéficiaires.